Rechercher dans ce blog

Chargement...

mercredi 22 janvier 2014

Origines de la chevalière armoriée

Depuis l'Antiquité, les hommes et les femmes utilisent des bagues dont le plateau est gravé de motifs plus ou moins complexes afin d'apposer leur marque personnelle sur des documents et des objets pour les authentifier et garantir leur confidentialité. Les premiers sceaux furent réalisés dans de l'argile, puis dans du plomb vers le IVe siècle, et enfin de la cire à partir du XIIe siècle.
Cette pratique prit un essor considérable au Moyen-Age avec la multiplication des contrats écrits. Le faible taux d'alphabétisation des populations n'y était également pas étranger puisque ne pouvant pas signer, il était très facile de sceller pour officialiser et authentifier un document. Des artisans fabriquaient d'ailleurs des matrices de sceaux (héraldiques ou non) en grand nombre pour toutes les classes sociales puisque l'on trouve dès le XIIIe siècle des sceaux de paysans. Cependant, ces sceaux étaient portés autour du cou attachés à une chaîne et non pas gravés sur le plateau d'une bague. Cela pour une raison pratique puisque les paysans, artisans, et marchands travaillaient avec leurs mains et risquaient de détériorer la gravure, et également économique puisqu'un bijou avait un coût bien plus important.

mercredi 12 octobre 2011

[Bibliographie] Armorial Universel de Conrad Grünenberg

L'armorial "universel" de Conrad Grünenberg est certainement l'un des plus beaux que le Moyen-Age nous ait transmis. Réalisé à la fin du XVe siècle, il compile plus de 2000 blasons réels et imaginaires plus surprenants les uns que les autres, et dont le style graphique a influencé nombre d'héraldistes jusqu'à aujourd'hui.



Plusieurs copies plus ou moins fidèles à l'originales furent réalisées au cours des siècles, mais malheureusement, aucune édition scientifique ne lui avait été consacré depuis 1875. Pour pallier à ce manque, les grands spécialistes français de l'héraldique, Michel Popoff et Michel Pastoureau, ont publié aux éditions Orsini de Marzo une édition critique de ce magnifique armorial.


Vous pourrez lire une présentation de cet armorial par Michel Pastoureau en cliquant sur le lien suivant : Présentation de l'Armorial Universel de Conrad Grünenberg par Michel Pastoureau 

Ainsi que découvrir la copie la plus ancienne conservée à Munich, mais disponible uniquement en noir et blanc : Facsimilé de l'Amorial de Conrad Grünenberg

dimanche 6 mars 2011

Les manuscrits d'Hozier maintenant consultables sur Gallica

La Bibliothèque Nationale vient de mettre en ligne les volumes manuscrits de l'Armorial Général de France "d'Hozier" qui contiennent les noms et blasonnements des armoiries enregistrées. Provenant du Cabinet des Titres, ces volumes sont les pendants des volumes déjà en ligne depuis quelque temps, mais qui contiennent pour leur part, uniquement les dessins des blasons accompagnés des noms de leurs propriétaires.

Outre le fait de pouvoir consulter les blasonnements (chose bien plus importante que les dessins), il est désormais possible d'utiliser l'Indicateur de l'Armorial d'Hozier (qui fait référence à ces manuscrits et qui est également consultable sur Gallica) pour faire des recherches par nom. En effet, le classement des blasons au sein des manuscrits étant par ordre d'enregistrement, la recherche était très fastidieuse et approximative. Cette lacune est désormais comblée, et facilitera les recherches des héraldistes et des généalogistes.

samedi 29 janvier 2011

[Bibliographie] Le Système Héraldique Français (Rémi Mathieu)

Edité en 1946, cet ouvrage reste encore aujourd'hui LA référence en matière de droit héraldique français. Loin d'être rébarbatif, les thèmes abordés mélangent le droit et l'histoire, et permettent de mieux apréhender l'importance que l'héraldique a pu revêtir par le passé, son évolution. Il contient toutes les réponses qui sont régulièrement posées par les néophytes et mériterait d'être réédité.

Son auteur Rémi Mathieu (1919-1981), est entré à l'école des Chartes en 1940, et en sortit en 1944 avec cette thèse sur le système héraldique français qui sera éditée en 1946 et rapidement épuisée. Longtemps secrétaire de la Société Française d'Héraldique et de Sigillographie, il participera a de nombreux congrès internationaux d'héraldique et de généalogie. Membre de la Commission d'Héraldique Urbaine des Archives Nationales, il était également conseiller technique auprès de l'Etat Major de la Marine Nationale, pour qui il était chargé de vérifier le respect des règles héraldiques des emblèmes et insignes. A partir de 1947, il sera secrétaire-adjoint de la Société de l'Ecole des Chartes, puis secrétaire de 1950 à 1962. Il était également secrétaire du directeur des Archives Nationales en 1949, et poursuivit sa carrière en tant que conservateur en chef de la section moderne des Archives Nationales à partir de 1974. C'est brutalement qu'il disparut le 19 décembre 1981, laissant le souvenir d'un homme d'une grande finesse d'esprit, à la renommée internationale.


Voici la table des matières simplifiée du Système Héraldique Français :


LE DROIT AUX ARMOIRIES

1 - L'origine des armoiries
2 - L'expansion de l'usage du blason dans la société médiévale
3 - La capacité héraldique
4 - Les juridictions compétentes en matière de droit héraldique
5 - L'édit de 1696 et l'ordonnance de 1760


LES DROITS PORTANT SUR DES ARMOIRIES DETERMINEES

1 - La transmission des armoiries familiales et le droit aux armes pleines
2 - Les armoiries des batards, des femmes et des ecclésiastiques
3 - Le droit aux armoiries d'autrui
4 - Les concessions et les augmentations d'armoiries
5 - Le libre choix d'un blason et les changements d'armoiries


L'UTILISATION DES ARMOIRIES

1 - Les droits relatifs à la forme de l'écu et aux ornements extérieurs
2 - L'utilisation des armoiries
3 - La perte des armoiries et de la capacité héraldique. L'extinction des armes


LES ARMOIRIES APRES LA CHUTE DE L'ANCIEN REGIME

1 - La suppression des armoiries sous la révolution
2 - Le système héraldique impérial

jeudi 27 janvier 2011

[Héraldiste] Xavier d'Andeville



Installé en Normandie, Xavier d'Andeville oeuvre activement pour la promotion de l'art héraldique à travers des expositions, des publications, et use également à merveille des nouvelles technologies. Beaucoup de familles de la noblesse française et étrangère composent sa clientèle habituelle, et il a participé à l'illustration du "Dictionnaire et Armorial de la Noblesse" parut aux éditions Patrice Dupuy.



Outre la peinture classique d'armoiries, Xavier d'Andeville fait appel à des artisans de talent pour décliner l'art du blason sous la forme de sculptures ornementales en bois ou en pierre, de chevalières en or et/ou pierres précieuses, et propose depuis quelques temps la création de monogrammes qui furent très en vogue au XIXe siècle.

Vous découvrirez sur son site internet, toute l'étendue de sa palette talentueuse à travers plusieurs galeries d'images et de photos.



dimanche 23 janvier 2011

[Histoire] Origine de l'amalgame entre héraldique et noblesse



Encore aujourd'hui, l'idée saugrenue qui associe héraldique et noblesse a cours dans l'esprit de beaucoup de nos concitoyens. Cette croyance populaire ayant depuis longtemps été réfutée a maintes reprises, trouve son origine dans le décret du 19 juin 1790 qui aboli la noblesse héréditaire et les titres :

"la noblesse héréditaire est pour toujours abolie ; en conséquence, les titres de duc, de comte, de marquis, vidame, baron, chevalier, messire, écuyer, noble, et autres titres semblables ne seront pris par qui que ce soit, ni donnés a personne. Aucun français ne pourra prendre que le vrai nom de sa famille, ni avoir d'armoirie (...)"


Ce texte aura des conséquences désastreuses et irrémédiables pour l'héraldique puisqu'il aboutira à un autre décret de la Convention le 1er août 1793 :

"Dans huitaine a compté de la publication du présent décret, tous les parcs, jardins, enclos, maisons, édifices qui porteraient des armoiries seront confisqués au profit de la Nation"

Ce qui induit pernicieusement que les propriétaires de biens immobiliers qui portaient des armoiries durent les faire disparaître si ils voulaient conserver leur patrimoine ; entraînant une destruction massive de l'héraldique monumentale en France.

L'héraldique disparut alors peu à peu du quotidien des français, et aura du mal a retrouver une place dans les programmes d'étude universitaire jusqu'à récemment. Gageons que les armoiries retrouvent un regain d'intérêt parmis nos compatriotes et connaisse un nouvel engouement.

mardi 18 janvier 2011

[Bibliographie] Nouvelle Méthode Raisonnée du Blason (Claude-François Ménestrier)


Petit ouvrage qui reçu un véritable succès éditorial, la Nouvelle Méthode Raisonnée du Blason du père Claude-François Ménestrier (1631-1705) est un des classique de la bibliothèque de l'héraldiste. Ce jésuite qui était un érudit respecté, fut certainement un des meilleurs héraldistes de son temps. Sa Nouvelle Méthode fait suite à plusieurs ouvrages héraldiques qu'il publiat auparavant, et qu'il n'aura de cesse d'améliorer. Un peu déconcertante au début de la lecture, cet ouvrage est rédigé sous la forme d'un dialogue entre un enseignant et son élève qui désire découvrir l'héraldique.

Vous pourrez parcourir ce classique en ligne : La Nouvelle Méthode Raisonnée du Blason

Ou vous le procurer dans une de ses très nombreuses éditions, dont la plus récente date de 1979.